La nouvelle conscience ...

Lors du crépuscule j’étais assis insouciant sur le petit balcon surplombant une rue vide. Il régnait un silence presque parfait, comme celui qui survient seulement après un magnifique coucher de soleil quand la terre toute entière retrouve la paix.

La rue à mes pieds était vide, vide moi aussi de pensée et de sentiments, j’avais l’impression que même les électrons s’étaient arrêtés de tourner autour du noyau ! Comme si je me trouvais au vide quantique. Dans ce silence, du bout de la rue et d’horizons différents sont apparus deux groupes qui criaient en venant vers moi. Tumulte. Je reviens au moment où ma pensée s’était arrêtée. Quand la foule arriva jusqu’à moi et stoppa. Certains criaient “Oui”, les autres “Non”. La raison, je ne la connaissais pas. Ils ont continué un moment, puis se sont éloignés.

Pourtant les voix entendues, restaient en moi et me demandaient de prendre position. Dans ce contexte, le ”Oui” et le ”Non” demandaient une recherche plus approfondie. Selon cette question existententielle, la pénurie et l’adéquation sont les deux faces de la même monnaie (elles sont en continuelle mutation).

Quelle était pourtant la vraie question, quelle était son importance pour moi. Y avait-il vraiment une question?

Qui au fond de moi doit décider?  Le possédant ou l’indigent?

N’importe qui décidera au fur et à mesure du temps, il est possible qu’il se trouve dans une position inverse et comme ça je me sentirai toujours indigent. La conscience sera toujours le résultat de la pénurie et de l’adéquation. C’est Dieu qui vient combler cette pénurie. Mais que représente Dieu? Par la pensée, je définis comme Dieu l’affichage de la mesure de mon échec.

Je le distingue en deux catégories:

1)      Le Dieu des idéalistes (leur pénurie pour certains sera remplie surtout post mortem ou pour d’autres dans la réincarnation).

2)      Le Dieu des matérialistes (leur pénurie sera remplie lorsque l’humanité arrivera à une société sans classes).

Le point commun de deux est la foi. L’adéquation à une foi souligne immédiatement la pénurie de la personne qui l’utilise. Un idéaliste fidèle croie que sa pénurie (insuffisance) personnelle sera couverte pas sa foi en Dieu (ce comportement est complaisance, une sorte d’Hypnose) et de cette façon donne une fausse consistance à sa pénurie. Perpétuant sa pénurie il se comporte comme Dieu, il coexiste avec Lui comme un Dieu. Autrement Dieu existerait-il?

Le fidèle matérialiste se trouve en continuelle pénurie.

Un autre point commun est qu’ils s’identifient avec l’objet de leur projection et ainsi ils s’autodéterminent et ils s’autolimitent. Chaque identification est une fausse conscience. L’âge précoce se base sur la pensée où règne la loi de l’action-réaction.

Nous sommes plusieurs facettes. Nous sommes différents au travail et différents à la maison. On parle de démocratie alors que nous sommes autoritaires. Nous prétendons que nous aimons notre prochain (le dogme du bon chrétien)  mais nous le tuons avec nos actes. Nous avons conscience de notre pluralité. Comment est-ce possible qu’un esprit qui est partagé en plusieurs morceaux ait conscience du tout ?

Si on essaie de comprendre l’ “ego“  de notre personnalité complexe, on recouvre une à une ses différentes couches, on examine chaque pensée, chaque motivation et on analyse. Cette analyse peut durer des années, voire des siècles. Elle nous perturbe, elle nous désoriente, elle déforme notre existence qui est une entité complexe laquelle subit continuellement toute forme d’influence qu’il rencontre.

Nous pouvons découvrir que le chemin d’analyse n’est pas le bon chemin. Il ne mène nulle part. Seulement si on voit notre existence en totalité et quand notre esprit n’est pas divisé, on voit la vérité dans son intégralité.  Pouvons-nous le faire?

La plupart d’entre nous ne peuvent pas le faire, parce que nous n’avons jamais traité le problème sérieusement car nous ne regardons jamais véritablement notre existence même si on croit le faire. On critique les autres, on perd le contrôle en justifiant les choses ou nous craignons de les regarder en face. Cependant quand on voit intégralement, la peur n’existe pas, les contradictions non plus et naturellement il n’y a pas de collision.

Le résultat de l’action-réaction est la collision et de là vient la violence.  Dans le domaine de la pensée la violence est inévitable, donc dans le domaine de la pensée il n y a pas de solution. La paix n’existe pas.

L’intelligence existe à l’âge mature (nouvelle conscience). Le couple de contradictions n’existe plus. Il y a énergie pure laquelle est suivie par l’action appropriée. Les miroirs sont brisés et la personne est dissoute, notre narcissisme ne se reflète plus dans les chemins aquatiques de chaque charme fabriquée.

La vraie conscience se trouve au-delà du “Oui “ et du “Non“, au-delà de la négation et de l’affirmation, au-delà  de la collision du couple des contraires. Elle est au-delà de deux parce que je les ai fait un. C’est la perception instante (inspiration) du véritable “Etre“. A l’intelligence qui se trouve hors du temps, il y a intégralité tandis que dans la pensée il y a division. Elle est loin de l’existentialisme dans la vallée de la mort, maison de morts vivants.  C’est la plénitude.

La nouvelle conscience est de s’abandonner aux eaux thérapeutiques de la vie.

 

 

 

Traduction par l’original 

 

Dominique Guionis et Martha Isaakidi

Αναζήτηση

Online Επισκέπτες

Αυτήν τη στιγμή επισκέπτονται τον ιστότοπό μας 73 επισκέπτες και κανένα μέλος

Το Ψάρι στο Facebook